Réponse de Renée Dunan à l'enquête "Faut-il abolir la prostitution réglementée ?" (C.G.E.P. - 1927)

Publié le par Fabrice Mundzik

Réponse de Renée Dunan à l'enquête menée par Maurice Hamel et Charles Tournier : "Faut-il abolir la prostitution réglementée ?" : Faut-il abolir la prostitution réglementée ? Comment  résoudre  ce problème  social ?

Il n'est pas inutile, avant d'ouvrir ce débat, de constater que la société se détourne avec lâcheté et hypocrisie de la plupart des problèmes dont l'importance est considérable au point de vue de l'avenir des races. Il n'est pas douteux que ce sont presque toujours les questions capitales qui sont abandonnées en faveur de discussions d'un intérêt moindre ou même inférieur. Témoin ces séances grotesques de la Chambre des députés où des hommes que le suffrage universel a hissés à ces tribunes, pour plaider la cause des intérêts de la nation, ne s'appliquent qu'à jouer quotidiennement les plus scandaleuses comédies de vanité personnelle et à s'occuper de tout, sauf de ce pourquoi ils ont été mis là [...]

Les réponses reçues furent compilées dans l'ouvrage "La Prostitution, enquête de Maurice Hamel & Charles Tournier" publié par C.G.E.P. en 1927.

Il est composé de 3 grandes parties :

Première partie :

Réponses à l'enquête (les réponses sont commentées par M. Hamel & C. Tournier)

Deuxième partie :

De la prostitution dans la littérature (il s'agit d'extraits d'ouvrages)

Charles Tournier - Sodomie - Lesbiennisme - Sophisme

Guy de Maupassant - La Maison Tellier

Jean Lorrain - La Maison Philibert

Victor Margueritte - Prostituée

André Dahl - Ces Dames du 12

Pierre Loiselet - Filles de Joie

Armand Villette - Du Trottoir à St-Lazarre

Jean José Frappa - Le Paris des Métèques

Troisième partie :

Extraits de Dufour et commentaires des auteurs

Dr Léon Bizard - La Prostitution à Paris

A. Mithouard - Maisons publiques ou de Rendez-vous

Dr Léon Bizard - Les Dangers de la Prostitution clandestine

Ligue de Moralité publique et Commentaires des auteurs

Dr Sicard de Plauzoles - Règlementation de la Prostitution

Emile Massard - Projet de voeu pour la réglementation de la Prostitution au Conseil municipal de Paris

A. R. Proschovsky - Comment éviter les maladies vénériennes

Paul Watrin - La Rançon de la Débauche

Charles Tournier - Commentaires

Maurice Hamel & Charles Tournier - Conclusion

Réponse de Renée Dunan à l'enquête "Faut-il abolir la prostitution réglementée ?" (C.G.E.P. - 1927)Réponse de Renée Dunan à l'enquête "Faut-il abolir la prostitution réglementée ?" (C.G.E.P. - 1927)

Réponse de Renée Dunan à l'enquête "Faut-il abolir la prostitution réglementée ?" (C.G.E.P. - 1927)

La réponse de Renée Dunan porte le n°100 :

Monsieur,

Je reçois, ou plutôt je retire aujourd'hui seulement en passant rue de Milan, le pli que vous m'y aviez adressé et qui porte date au 11-3-24. Excusez le retard qui ne m'est point imputable. Non pour l'intérêt de ce que j'ai à dire, mais pour votre enveloppe-réponse affranchie que je n'aurais point gardée ainsi.

Vous me demandez :

Les causes de la prostitution.

A mon sens, les causes sont humaines, issues de l'insatisfaction naturelle à l'esprit humain, de son goût pour cet état d'équilibre instable qui est alternativement le désir et la possession, du besoin de renouveler les paysages de la sensibilité et de l'impérialisme instinctif des êtres, pour qui la satisfaction sexuelle est une domination. Le jeu des organisations sociales ne fait que développer telle ou telle tendance entre toutes celles qui créent le besoin de promener son « moi » sur ou sous d'autres « moi ». Que là-dessus se soit greffé un négoce sexuel que nous désignons presque exclusivement sous le nom de Prostitution, rien de plus normal. Mais j'admets la Prostitution sous sa forme religieuse, comme la plus belle manifestation de l'âme humaine de vers la Force Créatrice, ce que les Grecs nommaient « Γένεσις » (1). Et il ne m'apparaît pas que cette utilisation philosophique d'une impulsion animale manque de beauté.

Du jour où l'homme conçut le rapport des créatures à l'être créé « l'ontogénie » du perpétuel renouvellement des choses vivantes et qu'il saisit l'importance humaine du coït, il adora cet acte d'aspect si transcendant et conçut son renouvellement (insanctionné) comme un hommage aux apotropéens. D'où la prostitution sacrée, le plus beau rite, certes, que l'homo sapien ait imaginé, et qu'on reconnaît encore dans son inversion (hommage à Priape par la souffrance de chasteté) des couvents de moniales.

Mais tout évolue ; classée, répertoriée, contrôlée et goûtée, mais honnie des vieillards, la prostitution sacrée devint tôt une forme de double onanisme. Avec le vice commença sa décadence qu'accomplit enfin le vénérianisme.

Quels sont les effets et conséquences de la Prostitution ?

Je ne vois ni effets ni conséquences d'ordre individuel. C'est à dire que l'inexistence de cette prostitution dans le passé n'aurait modifié en rien le comportement d'un être quelconque pris aujourd'hui. Les séries causales s'interfèrent et se corrigent sans cesse, en effet. Socialement, je ne suis pas assurée, quoi qu'on ait dit, que la prostitution ait fait foisonner les tares vénériennes et je crois même que sans elle, toutes les prophylaxies seraient lettre morte, comme les traitements. En conséquence, il se pourrait, puisque les maux existent, que la Prostitution serve plutôt à les abolir. D'un point de vue moral, je ne juge pas la Prostitution comme le pire mal, et je suis portée à le tenir pour le moindre. Quant à la perversion des adolescents, je l'estime spontanée et plutôt régularisée, c'est à dire normalisée, qu'aggravée par la Prostitution.

D'autre part, de ce chef que l'on fait commerce de tout, qu'un géant et un nain vivent très honnêtement de leur difformité, qu'un écrivain vit de s'offrir aux désirs secrets ou publics de ses lectures, et que tous les salariats prostituent ; je juge la prostitution proprement dite comme licite et admissible. Si l'être a droit de vivre de son cerveau ou de ses mains (je dis droit par ironie, car il faut bien vivre de quelque chose) il a le droit de vivre de son sexe.

Faut-il l'abolir ?

Autant faudrait-il demander s'il faut abolir la race humaine. Sortie des limbes même de la sensibilité et coordonnée par la Société, la Prostitution échappe à toute coercition. La Prostitution s'insère spontanément dans le domaine des activités mentales, sentimentales et commerciales des organismes politiques. Elle les complète et reste une donnée du problème de la vie en société, une donnée essentielle. Donc, elle domine à la fois la puissance légale et les autorités réformatrices d'éthique pure.

Maintenant, si vous voulez bien assurer aux deux sexes le double droit à la vie et à une satisfaction mesurée de leurs impulsions, si vous voulez encore leur enseigner la joie de se dominer et faire en sorte que ne subsiste plus l'infâme misère qui ne laisse plus aux êtres que cette joie là, comme vous aurez dressé les humains à craindre la déchéance des tares sexuelles, j'imagine que la prostitution aura vécu.

Excusez-moi d'expliquer avec autant de prolixité une théorie qui, vraisemblablement, n'aura point d'autres soutiens, ce qui m'oblige à la préciser en détail.

Votre dévouée,
Renée Dunan

Réponse commentée par les enquêteurs :

Chère Madame Renée Dunan, qui écrivez des œuvres tour à tour si gaies, si profondes, si subtiles, et dont l'intelligence est une des plus lumineuses que nous connaissions, votre réponse nous attriste un peu... mais nous l'enregistrons avec intérêt, car elle a le mérite d'être d'une rare franchise.

Les réponses reçues viennent de Aurel, Renée Dunan, Lucie Delarue-Mardrus, Rachilde, Henri Barbusse, Théodore Botrel, André Billy, Sylvain Bonmariage, Saint-Georges de Bouhélier, Binet-Valmer, Félicien Champsaur, Albert Cim, Francis Carco, Maurice Dekobra, Roland Dorgelès, Max et Alex Fischer, Paul Féval fils, Florian-Parmentier, Han Ryner, Frantz Jourdain, Victor Margueritte, Raymond Poincaré, Paul Reboux, Daniel Riche, Maurice Rostand, Octave Uzanne, Maurice de Waleffe, etc...

A lire aussi :

J.-H. Rosny aîné, réponse à l'enquête "Faut-il abolir la prostitution réglementée ?" (1927) sur le Blog J.-H. Rosny

Octave Uzanne répond à une enquête sur la réglementation de la prostitution (1927) sur le site de Bertrand Hugonnard-Roche.

 

(1) Un grand merci à Samuel Minne pour son aide.

Réponse de Renée Dunan à l'enquête "Faut-il abolir la prostitution réglementée ?" (C.G.E.P. - 1927)

Réponse de Renée Dunan à l'enquête "Faut-il abolir la prostitution réglementée ?" (C.G.E.P. - 1927)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article