Renée Dunan "Stendhal" (1921)

Publié le par Fabrice Mundzik

Ce dossier sur "Stendhal", signé Renée Dunan, fut publié dans Floréal n°12 du 19 mars 1921.

Quelques extraits :

Le 22 mars 1842, un passant de la rue Neuve-des-Capucines s'abattait subitement sur le trottoir, foudroyé d'une attaque d'apoplexie. On transportait cet homme dans une boutique, un médecin le saignait et l'on trouvait dans son portefeuille des papiers au nom de Henry Beyle ou Stendhal. On le transportait chez lui. Le lendemain mourait ce romancier dont, quarante-cinq ans plus tard, la célébrité devait atteindre un tel étiage, qu'un éditeur pouvait annoncer et voir souscrire une édition de ses œuvres complètes, copie exacte des manuscrits, à 1.500 francs le tome.

[...]

Henry Beyle, qui devait devenir illustre sous le nom de Stendhal, naquit à Grenoble, rue des Vieux-Jésuites, le 23 janvier 1783. Il a, dans la vie de Henri Brulard, longuement raconté son enfance. Il fut, dès son plus jeune âge un révolté.

[...]

Entouré d'amis et parents de personnages consulaires, il est « pistonné » partout, nanti de certificats où son courage s'étale et se croit destiné à devenir grand chef. Toutefois, son désir est plutôt de devenir poète, et grand poète. et puis la médiocrité intellectuelle de ses camarades le dégoûte et, dans un accès de mauvaise humeur, il démissionne et vient à Paris. Pendant deux ans il s'occupe alors à faire des pièces de théâtre, à cultiver son dandysme et à rêver les opéras.

[...]

Sa vie est une synthèse du caractère français. Agité, toujours en mouvement, Stendhal ne sut ni conduire son existence, ni cultiver le succès. Il n'en eut pas moins, authentiquement, du génie.

Dans cet article, Renée Dunan évoque aussi Cimaroza, Mozart, Shakespeare, Napoléon, Voltaire, Balzac, Haydn, Racine, Alfred de Musset, George Sand...

Renée Dunan "Stendhal" (1921)

Renée Dunan "Stendhal" (1921)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article