Chiquita "Les Hommes et les idées" (1921)

Publié le par Fabrice Mundzik

La rubrique Les Hommes et les idées, publiée dans Floréal n°5 du 29 janvier 1921, est signée Chiquita.

Elle présente les ouvrages suivants :

Joseph Caillaux "Mes prisons"

Fernand Gouttenoire de Toury "Poincaré a-t-il voulu la guerre ?"

Quelques extraits :

M. Caillaux a voulu donner dans Mes Prisons, une vue d'ensemble de ce que l'on a nommé l'affaire Caillaux, et il a repris à leur origine les événements des dix années qui précédèrent la guerre avec laquelle l'affaire Caillaux est étroitement liée.

[...]

Dans Mes Prisons, il donne réellement la preuve que la lucidité de son intelligence et la profondeur de son jugement sont d'une qualité dont peu d'hommes politiques, depuis la mort de Jaurès, réalisent, même pour partie, l'équivalent.

[...]

Ce qui est bien à lui, c'est toutefois l'âpreté de vision, quelque chose de méprisant et de virulent, qui est dans la manière de faire que nous connûmes à l'homme politique durant sa carrière, et aussi une façon de scinder les questions, de les résoudre par fragments, qui rappelle que l'auteur fut et reste en financier illustre, un de ceux dont les talents rares et précieux aux époques de décadence, servent surtout de témoignage devant leur société qui les méprise.

[...]

Gouttenoire de Toury veut établir que la première campagne avortée contre notre ambassadeur à Saint-Pétersbourg fut inspirée par Poincaré parce que M. Louis était pacifique, et le dit Poincaré n'eut d'autre souci, à peine président de la République, que de mener sa campagne à sa conclusion en frappant M. Louis et en nommant, à sa place, le fameux et redoutable guerrier Delcassé. Conclusion : Poincaré voulut la guerre.

[...]

La démonstration de Gouttenoire de Toury se complète d'une citation du livre de Caillaux, Mes Prisons, car celui-ci y dit que M. Louis, en juin 1914, jugeait indispensable d'empêcher le voyage de Poincaré à Pétersbourg, car il prévoyait que ce voyage amènerait la guerre. — La cause est entendue.

Dans cet article, Renée Dunan évoque aussi Silvio Pellico, Jaurès, Clemenceau, Poincaré, le capitaine Bouchardon, Pérès, Barrère, Poincaré, Izwolsky...

Chiquita est un pseudonyme reconnu par Renée Dunan.

A ce sujet, lire : Renée Dunan : Autres pseudonymes.

Chiquita "Les Hommes et les idées" (1921)

Chiquita "Les Hommes et les idées" (1921)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article