Critique : Upton Sinclair "Le Roi charbon" (1920)

Publié le par Fabrice Mundzik

La très longue critique, signée Renée Dunan, de "Le Roi charbon" par Upton Sinclair fut publiée dans Floréal n°38 du 23 octobre 1920.

Quelques extraits :

Upton Sinclair s'est dévoué à nous faire connaître l'âme profonde des Etats-Unis. Alors que tous les voyageurs, députés, littérateurs, pédants de Sorbonne n'ont su rapporter de leurs voyages que des éloges enthousiastes et des cartes postales où les hôtels à cinquante étages tiennent une place abusive ; le romancier a voulu montrer l'envers de ce fastueux décor.

[...]

Upton Sinclair est un grand romancier, aussi puissant que Balzac, et c'est aussi un écrivain dont l'œuvre jouera un grand rôle dans l'histoire de l'affranchissement humain. On se souvient du coup de tonnerre de ce roman qui se nommait la Jungle, paru il y a quelques lustres.

[...]

On a rapproché Le Roi Charbon du Germinal de Zola. Certes, ce sujet est le même et les auteurs écrivent tous deux pour la masse, dont ils voudraient déceler la misère à elle-même, qui trop souvent s'abêtit sans conscience. Mais le roman de Zola est une façon d'épopée, sans nuances.

Dans cette critique, Renée Dunan évoque Balzac, Barbusse, V. Snell, Zola, Victor Hugo

Critique : Upton Sinclair "Le Roi charbon" (1920)

Critique : Upton Sinclair "Le Roi charbon" (1920)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article