Renée Dunan "La Triple caresse" (Le Cercle - 2011)

Publié le par Fabrice Mundzik

"La Triple caresse", signé Renée Dunan, fut réédité par les éditions Le Cercle en 2011.

Ce roman porte le n°156 de la collection Le Cercle poche.

Le tirage papier est épuisé, mais cette édition reste disponible au format numérique.

Présentation par l'éditeur :

"La maîtresse d'un homme d'État, une ancienne danseuse nue, la femme d'un Lord et un mystérieux cahier relié de cuir rouge, dans lequel se concentrent confidences et secrets d'un puissant... Dans le décor du Grand Hôtel de Sybaris, en Sicile, un curieux groupe évolue de nuit en nuit sur fond de propos indécents et de propositions scandaleuses à peine voilées. Mais que se passe-t-il réellement derrière les persiennes closes, à l'heure où le soleil plonge dans la Méditerranée ? Des salons de Rio de Janeiro aux alcôves parisiennes, itinéraires désespérés et caresses interdites se côtoient pour provoquer le destin..."

En voici un extrait :

 "C’est devant l’examinateur de philosophie qu’il perçut sa propre maturité. On l’avait interrogé sur le stoïcisme. Le professeur lui ayant ensuite demandé ce qu’il avait trouvé de plus profond dans les lettres de Sénèque, le jeune philosophe, qui ne se souvenait pas très bien, prit le parti de croire que Sénèque avait dû traiter de la mort et partit là-dessus. Le professeur l’écouta en souriant, et repartit qu’il ne se souvenait pas lui-même d’une lettre de Sénèque sur la Mort, mais qu’il allait contrôler. Il se mit alors à fouiller dans un tas de livres en guignant d’un air goguenard le candidat qui parlait toujours de la mort avec abondance. Le Sénèque manquait.

« Ne confondez-vous pas Sénèque avec quelqu’autre », dit enfin le vieillard avec bonne humeur. À quoi le candidat répondit que si Sénèque n’avait pas traité de la mort, il ne voyait pas quel titre il avait à être dit philosophe stoïcien. Le professeur eut alors un sourire d’amitié et d’estime.

C’est ainsi que le diplôme de parchemin lui fut accordé, avec un beau sceau fixé dans l’angle droit, un sceau ministériel qui, à lui seul, inspirait le respect."

A lire aussi :

Renée Dunan "La Triple caresse" (Albin Michel - 1922)

... ainsi que sur ArchéoSF :

Renée Dunan "La Triple caresse (extrait)" (1922)

P. Vigné d'octon, A l'étalage du bouquiniste (quelques ouvrages conjecturaux)

Renée Dunan "La Triple caresse" (Le Cercle - 2011)

Renée Dunan "La Triple caresse" (Le Cercle - 2011)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article